AQÉI
Accueil / À propos / Conseil d'administration

Conseil d'administration

+
Lina Lachapelle
Présidente
Lina Lachapelle
Directrice de projet - SNC-Lavalin
Montréal

Madame Lina Lachapelle, ingénieure chimiste, cumule plus de 25 ans d’expérience dans les domaines des études et de la gestion environnementale de projets industriels pour SNC-Lavalin. Elle a positivement contribué au développement de grands projets industriels, comme directeur de projet d’études d’impact environnemental, principalement au Québec, en supportant des clients industriels dans leurs discussions avec les autorités règlementaires ainsi qu’avec les communautés d’accueil des projets et en partageant ses connaissances sur les règlements et processus règlementaires au Québec. Dans l’exécution de ces mandats, elle a été appelée à gérer le travail d’équipes techniques et était responsable de la qualité de l’ensemble des livrables.

Lina Lachapelle en est à deuxième mandat au sein du Conseil d'administration de l'AQÉI.

+
Alexandra Boileau
Vice-Présidente
Alexandra Boileau
Conseillère principale - Transfert Environnement et Société
Québec

Titulaire d'une maîtrise en environnement de l'université de Sherbrooke, Alexandra s'intéresse au volet social et aux mécanismes de participation publique dans la procédure québécoise d'évaluation et d'examen des impacts.

Son travail de consultante chez Transfert Environnement et Société l'a amenée à collaborer à la réalisation de mandats touchant au développement et à la mise en œuvre de démarches participatives ainsi qu’à la communication sociale et environnementale pour des clients de différents horizons, et ce, majoritairement dans le cadre de l'évaluation des impacts de projets. À travers ces mandats, elle a pu côtoyer diverses équipes multidisciplinaires de réalisation d'études d'impact auprès desquelles elle a retiré de précieux apprentissages qui la poussent à toujours vouloir améliorer la pratique. 

Alexandra est membre de l'AQÉI depuis plusieurs années et a assisté à plusieurs éditions du congrès annuel. Les enjeux qui touchent le domaine de l'évaluation des impacts, dont plusieurs ont d'ailleurs été discutés au fil des ans au sein de l'association, l'interpellent toujours. Au sein de l'Association, Alexandra apportera son expertise, entre autres, dans le volet social de l'évaluation environnementale. 

Alexandra Boileau entame son troisi;me mandat au sein du conseil d’administration de l’AQÉI et sa première année en tant que vice présidente.

+
Marie-Hélène Léger
Secrétaire
MArie-Hélène Léger
Conseillière, Ministère de l'énergie et des ressources naturelles
Québec

Bachelière en biologie de l’UQAM (2004). Consultante dans le domaine de la vulgarisation scientifique et de l’environnement, elle participe, entre 2010 et 2013, à la réalisation du Programme d’évaluations environnementales stratégiques sur la mise en valeur des hydrocarbures en milieux marins, pour le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. À la suite de ce mandat, elle réalise, et participation à la réalisation, d’études d’impacts sur l’environnement et d’études sectorielles au sein de firmes de consultants. En 2016, elle assure la coordination, puis la direction générale de l’Association québécoise pour l’évaluation d’impacts jusqu’en décembre 2018, où elle joint le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles en tant que conseillère en participation publique à la Direction générale des mandats stratégiques. Ce mandat l’amène, entre autres, à s’impliquer dans les réflexions en lien avec les impacts sociaux des projets. Motivations : L’AQÉI est la seule plateforme québécoise permettant aux intervenants dans le domaine des études d’impacts de réseauter entre eux et de parfaire leurs connaissances dans le domaine. Cette mission est d’autant plus importante en cette période de changements législatifs, de réflexion quant à une certification professionnelle et d’intérêt grandissant des citoyens aux projets s’implantant dans leur milieu. Je pense que l’AQÉI a encore beaucoup à offrir et à développer pour favoriser les échanges d’expertises et d’information tout en continuant sa mission de favoriser le réseautage. Vision pour l’avenir de l’AQÉI : La conclusion qui viendra suite à la réflexion sur la prise en charge de la certification professionnelle sera un point de pivot très important pour l’avenir de l’Association. De plus, depuis quelques années, il est discuté de solidifier les liens avec les associations sœurs de l’AQÉI, en Ontario et dans l’Ouest canadien et d’en faire profiter les membres. J’ai en tête quelques idées pour y parvenir. Aussi, après le succès d’IAIA17, il est temps de réfléchir à une autre activité d’envergure, afin de faire rayonner l’AQÉI et ses membres. 

Marie-Hélène Léger en est à sa ... année au sein de l'AQÉI

+
Hugo Mailhot Couture
ADMINISTRATEUR
Hugo Mailhot Couture
Adjoint de direction - Bureau du Ndakinna, Grand Conseil de la Nation Waban-Aki
Wôlinak
Hugo est un biologiste spécialisé en gestion de l'environnement. Il œuvre depuis 2014 au sein du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (GCNWA), où il agit actuellement comme adjoint de direction du Bureau du Ndakinna. Dans le cadre de ses fonctions, il coordonne une équipe multidisciplinaire dans l’analyse des impacts reliés aux droits et intérêts de la Nation W8banaki (Abénakise) dans le cadre de projets de développement et de changements réglementaires soumis à la consultation.
 
Son mandat l’a notamment amené à coordonner la participation du GCNWA aux différents processus fédéraux et provinciaux de révision de leurs cadres respectifs d’évaluation des impacts. À travers ces examens, Hugo été en mesure de consolider sa compréhension des aspects procéduraux et méthodologiques de l’évaluation des impacts de ces deux paliers de gouvernement, en plus d’œuvrer à les rendre plus inclusifs des enjeux autochtones. Il collabore actuellement avec différents intervenants de la Nation W8banaki et partenaires externes en vue d’imaginer et de mettre en œuvre des façons nouvelles de favoriser l’implication significative de la Nation au sein des processus d’évaluations d’impact.
 
Hugo Mailhot Couture débute son premier mandat au sein du conseil d'administration.
+
Yves ROCHON
ADMINISTRATEUR
Yves ROCHON
Direction générale de l'évaluation environnementale et stratégique, Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lultte contre les changements climatiques (MDDELCC)
Québec

Yves Rochon détient un baccalauréat en biologie de l’Université de Montréal et une maîtrise en sciences de l’eau à l’Institut nationale de la recherche scientifique. Il travaille au Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) depuis 1988. Il a été impliqué dans l’évaluation environnementale de nombreux projets à titre d’analyste, de chargé de projet et de coordonnateur au sein de la direction de l’évaluation environnementale. En 2012, il a été nommé directeur de l’évaluation environnementale des projets hydriques et industriels. Il a ensuite occupé la fonction de directeur de l’expertise hydrique de 2013 à 2015 au Centre d’expertise hydrique du Québec (CEHQ). Il est revenu dans le domaine de l’évaluation environnementale en 2015 en acceptant la charge de directeur général par intérim de l’évaluation environnementale et stratégique.

Yves Rochon entame son deuxième mandat au sein du conseil d'administration de l'AQÉI.

+
Pierre Batellier
Administrateur
Pierre Batellier
Analyste de bureau, BAPE
Montréal et Québec

Analyste au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) depuis septembre 2019. Il est également chargé de cours en Responsabilité sociale de l’entreprise à HEC Montréal. Titulaire d’un DESS en Gestion (HEC Montréal), d’une maîtrise en commerce international et développement (IEP Paris) et d’un DEA en économie de l’environnement (la Sorbonne), il a travaillé sur de nombreux mandats en développement durable pour différentes organisations. Il termine un doctorat en Sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) s'intéressant dans le cadre de sa thèse au rôle de l'État au regard de l'acceptabilité sociale des grands projets. À titre personnel : mieux connaître le milieu de l’évaluation d’impact (relativement nouveau pour moi); participer aux échanges et discussions concernant les impacts sociaux; favoriser le dialogue avec le milieu universitaire (transfert de connaissances et d’expériences); regarder les possibilités de dialogue et d’échanges avec les utilisateurs que sont les citoyens et groupes concernés par les projets et leurs impacts et pour lesquels la lourdeur de l’EI semble parfois être un frein à la participation aux consultations sur le projet (dont les audiences du BAPE) À titre institutionnel comme représentant du BAPE :agir comme porte-parole du BAPE au sein de l’AQEI. En lien avec mes motivations, les principales pistes de projets ou de propositions que je verrais pour l’AQEI s’articuleraient autour des deux chantiers suivants, chacun pouvant se traduire par d’éventuels guides, formations ou outils de communication. Nourrir la réflexion sur les approches existantes au niveau de l’EI concernant l’analyse des impacts sociaux en général et plus spécifiquement la prise en compte des impacts plus spécifiques sur les publics vulnérables / à risque (personnes âgées, personnes malades, minorités visibles, etc.), les impacts sur les femmes (analyse différenciée/comparative selon les sexes), l’impact de l’incertitude sur les populations (dimension effets psychosociaux notamment) et la question plus spécifique de la répartition des impacts et retombées des projets entre les différentes parties prenantes. Dans la perspective de favoriser la participation des citoyens à partir et grâce à l’EI, réfléchir à des pistes pour a) rendre plus accessibles les études d'impact pour le grand public (enjeu des résumés globaux/encarts résumés), b) vulgariser les outils d’accès à l’information dont le registre des évaluations environnementales, c) accompagner le citoyen et faciliter sa navigation dans le l'EI afin qu’il se familiarise avec celle-ci et d) évaluer la possibilité d’ouvrir la discussion directement avec les/des citoyens/groupes sociaux et environnementaux concernés par les projets en lien avec leur expérience de l’EI. 

Pierre Batellier entame son premier mandat au sein du conseil d'administration.

+
Marc-Antoine Ladouceur
Administrateur
Marc-Antoine Ladouceur
Président - Auditerra
Québec

préside le cabinet de conseil AUDITERRA basé à Montréal depuis près de trois ans. Il agit comme chargé de projets et dirige les équipes multidisciplinaires dans des mandats d’évaluation environnementale, d’audit du développement durable et de caractérisation des écosystèmes/milieux humides. Il compte près de 20 ans d’expérience en tant que praticien ou gestionnaire en évaluation environnementale, en réalisation de schémas d’aménagement du territoire, en caractérisation biophysique, géomorphologique et humaine du territoire et en audit du développement durable. Il a travaillé dans ces domaines tant pour des firmes de consultants de grande envergure que dans les trois paliers gouvernementaux (fédéral, provincial et MRC), dont 5 ans pour le Commissaire à l’environnement et au développement durable du Canada (Bureau du vérificateur général du Canada). Précisons qu’il s’implique présentement dans les activités du Secrétariat francophone pour l’évaluation environnementale (SIFÉE). Il a participé ou dirigé l’examen de nombreux projets d’infrastructure, plans, programmes et politiques à impacts environnementaux à travers le Canada et en Afrique de l’Ouest, dans des contextes de concertation (entre partenaires, promoteurs, administrations gouvernementales et citoyens) où plusieurs ressources multidisciplinaires étaient mises à contribution. Il a travaillé en évaluation environnementale tant dans des mandats portant sur des enjeux environnementaux technico-scientifiques que stratégiques, tels que : les impacts des changements climatiques sur des communautés nordiques au Nunavut; les impacts env. de projets de lignes et de postes énergétiques; les impacts env. de projets routiers au Québec; les impacts environnementaux/sanitaires liés aux déplacements de réfugiés de guerre (Afrique de l’Ouest); l’audit de l’application de la Loi canadienne d’évaluation environnementale sur des projets d’infrastructure; l’audit des autorisations environnementales fédérales de 5 projets de sables bitumineux en Alberta. Détenteur d’un baccalauréat et d’une maîtrise en sciences (géographie) de l’UQAM, M. Ladouceur a axé son parcours universitaire dans le domaine de l’ÉIES de projets, l’aménagement du territoire et l’évaluation environnementale stratégique. Je souhaite poser ma candidature au poste d’administrateur de l’AQEI afin de soutenir stratégiquement l’organisation, notamment en la conseillant et la supportant dans sa vision de regrouper un maximum de personnes, professionnelles ou non de l’ÉIES, peu importe leurs champs disciplinaires, et intéressées par l’évaluation environnementale. Par mon implication au sein du C.A., je souhaiterais, avec mes futurs collègues administrateurs, orienter et appuyer activement l’organisation à : Trouver des pistes de solutions afin d’augmenter le membership; Établir davantage de liens avec des organisations professionnelles, organismes publics, universités et OBNL québécois et internationaux, dont leurs membres œuvrent, de près ou de loin, en évaluation environnementale. Les liens doivent permettre de faire rayonner davantage l’AQEI et le savoir-faire des membres, obtenir des sources de financement supplémentaires pour l’organisation, réaliser des partenariats et attirer davantage de membres. Contribuer au Comité de programmation de l’AQEI et participer à l’organisation de la conférence annuelle en support à la direction générale. Je m’intéresse à la gouvernance des organismes puisque moi-même, ancien gestionnaire et responsable de l’audit interne d’une société d’état, j’ai pu travailler directement avec les membres d’un Conseil d’Administration en veillant sur la gouvernance, la gestion stratégique de programmes environnementaux et la gestion de la performance de l’organisation. Je souhaite apporter cette expérience de gestion d’entreprise au sein de l’AQEI. Bilingue et excellent communicateur tant à l’oral qu’à l’écrit, je sais présenter le fruit de mes travaux avec rigueur et contenu, tout en mesurant la dimension politique et stratégique de certains dossiers. Je suis également très à l’aise en audience publique, auprès des médias et auprès des hauts dirigeants à présenter des dossiers stratégiques. Je suis apprécié pour le leadership que j’apporte dans la résolution de problèmes complexes et dans la formulation de recommandations novatrices orientées vers la performance organisationnelle. Avec mon horaire flexible, mon intérêt pour les activités de l’AQEI, mon expérience dans le domaine de la gestion d’entreprise et mon engagement dans la vie civile ; j’estime que ce sont tous des atouts qui pourraient être mis à contribution pour l’AQEI et son Conseil d’administration. 

Marc-Antoine Ladouceur entame sa première année au sein du conseil d'administration de l'AQÉI.

+
Edna Blanc Civil
Administratrice
Edna Blanc Civil
Travailleure autonome - GEIGER/UQAM
Montréal

Ingénieure agronome de l’Université Quisqueya en Haïti (2000) et titulaire d’une maitrise en Agroforesterie à l’Université Laval à Québec, Canada (2007), Edna Blanc CIVIL a cumulé plus d’une quinzaine d’années d’expérience dans les domaines liés à l’environnement et des ressources naturelles, la gestion de projet, l’agroforesterie, l’évaluation environnementale, la biodiversité, les changements climatiques.

De 2000 à 2007 elle a travaillé comme agronome conseillère dans ces domaines pour le compte d’ONGs (SUCO et Oxfam, Qc).  De 2008 à 2015 elle a occupé les postes d’Experte technique en environnement et Coordonnatrice nationale de projets en environnement et renforcement des capacités, gouvernance environnementale pour le PNUD-Haïti. De 2008 à 2011, elle a été chargée de cours à l’Université Quisqueya. De septembre 2015 à décembre 2016, elle a été consultante internationale et experte en renforcement des capacités et évaluation environnementale à l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD/OIF). Elle a contribué à l’élaboration de documents techniques, stratégique et de politique en évaluation environnementale, changement climatique, gouvernance environnementale, agroforesterie, biodiversité, réserve de biosphère. Elle était professionnelle de recherche à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et est membre du Groupe d’Étude et d’intervention en Géographie et Environnement Régionale (GEIGER/UQAM) (2015-2016). Elle a bénéficié de plusieurs formations en évaluation environnementale et évaluation environnementale stratégique avec le SIFEE et l’UQAM.

Elle est actuellement travailleuse autonome en agroenvironnement, particulièrement dans les domaines de changements climatiques, évaluation environnementale gouvernance et institutions. Elle fait actuellement une formation d’appoint en vérification environnementale (Université de Sherbrooke).autres consultants.

Edna Blanc Civil entame son deuxième mandat au sein du conseil d'administration de l'AQÉI.
+
Valérie Groison
Trésorière
Valérie Groison
Conseillère en environnement - Hydro-Québec Innovation, Équipement et Services partagés
Québec

Valérie Groison est actuellement conseillère en environnement au sein de l’unité environnement d’Hydro-Québec Innovation, Équipement et Services partagés. Elle a complété une maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats à l’UQAR en 2001 et un baccalauréat en biologie, option écologie à l’UQAM 1996.

Travaillant à Hydro-Québec depuis 2002, elle agit comme conseillère en environnement, spécialisée en végétation et faune terrestre au sein de l’unité chargée de réaliser les évaluations environnementales des projets d’Hydro-Québec. Elle a agi en tant que spécialiste dans les projets de construction de nouvelles centrales tant sur la Côte-Nord (Complexe Romaine), qu’à la Baie-James (Centrales Eastmain-1-A et de la Sarcelle et dérivation Rupert), qu’au Saguenay (centrale de Péribonka) et en Mauricie (Centrales de la Chute-Allard et de Rapides-des-Cœurs). Elle a également agit à titre de chargée de projet pour le projet de centrales de Chute-Allard et Rapides-des-Cœurs, et en tant qu’administratrice de contrat en environnement à la SEBJ pour la réalisation des suivi environnementaux et des mesures d’atténuations pour les volets des milieux naturels et humain.

Valérie Groison entame son deuxième mandat au sein du conseil d'administration.

+
Mario Heppell
ADMINISTRATeur
Mario Heppell
Membre de l'ABQ
Québec

Biologiste et aménagiste de formation, M. Mario Heppell a réalisé et collaboré depuis 30 ans à plus de 600 dossiers environnementaux, dont quelques 250 demandes d’autorisation dans le cadre des processus fédéraux et provinciaux, comprenant près de 50 évaluations environnementales de projets d’importance (ports, dragages, sédiments contaminés, stabilisation de plages et de berges, routes, ponts, etc.). En plus d’avoir déjà été membre du c.a. de l’AQEI de 2006 à 2010 en tant que représentant de l’ABQ, il fait régulièrement partie des comités d’organisation des congrès de ces deux associations et il produit des mémoires sur des sujets d’actualité pour chacune de celles-ci.  Un des derniers en lice l’a été pour la réforme du régime d’autorisation de la LQE. Il est un des membres du nouveau Comité consultatif de l’AQEI sur la reconnaissance professionnelle (CCRP).

Mario Heppell entame son deuxième mandat au sein du conseil d'administration de l'AQÉI.

+
Christine Martineau
Administratrice
Christine Martineau
Directrice de projets, WSP
Québec

Christine Martineau a agi comme professionnelle de recherche et chargée de projets en environnement depuis 2002. Elle est présentement directrice de projets chez WSP Canada depuis 2017, principalement dans le cadre d’évaluation environnementale, et agit en tant que biologiste pour des projets variés, principalement au Québec. Au cours des treize dernières années, elle a travaillé sur plusieurs types de projets dans les domaines de l’environnement comprenant des études d’impacts, des évaluations environnementales, des inventaires et caractérisations du milieu récepteur, des demandes de certificats d’autorisation et des suivis environnementaux, notamment dans le cadre de projets miniers, énergétiques et d’infrastructures.

Ses compétences principales en direction et gestion de projet incluent le suivi des budgets et des échéanciers ainsi que la coordination d’équipes de travail multidisciplinaires. Elle possède également une expérience technique significative, notamment pour des inventaires de l’avifaune et des milieux aquatiques, la surveillance environnementale en période de travaux (suivi de la qualité de l’eau) et des suivis post construction (état des populations fauniques ou de l’habitat du poisson).

Christine Martineau entame son premier mandat au sein du conseil d'administration

Message
Error
Ok
X

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Entrez votre courriel dans le champ ci-dessous et nous vous enverrons un nouveau mot de passe.