retour page d'accueil

Le bulletin
Association québécoise pour l'évaluation d'impacts

HIVER 1997 Vol. 6 No. 1



 

TABLE DES MATIÈRES

  • Votre nouveau conseil d'administration
    • Activités passées:
    Cinquième congrès annuel de l'AQÉI sur le thème de l'évaluation sociale et environnementale des politiques et programmes: l'avenir de l'évaluation d'impacts ? Les suites à donner (Montréal)
     
    Atelier d'information et d'échanges sur la gestion des barrages (Montréal)
     
    Atelier AOÉI/AQÉI sur le thème "Vers un élargissement de la notion de santé environnementale: les aspects psychologiques, sociaux et culturels des impacts sur la santé" (Ottawa)
    Journée d'information et d'échanges sur "L'harmonisation des processus d'évaluation environnementale au Canada: une question à débattre" (Montréal)
     
    • Activités à venir:
    Communication et participation du public, session organisée par l'AQÉI dans le cadre d'Américana 97 (Montréal)
     
    2e colloque international des spécialistes francophones en évaluation d'impacts (Nouvelle-Orléans)
     
    6e congrès annuel de l'AQÉI sur le thème de la biodiversité et les évaluations d'impacts (Montréal)
     
  • Les comités
  • Secrétariat francophone de l'IAIA à Montréal: un projet
  • Nouvel outil de communication à venir: le site Web de l'AQÉI
  • Documents disponibles


  • VOTRE NOUVEAU CONSEIL D'ADMINISTRATION

    L'assemblée générale, tenue le 16 novembre dernier, a permis d'élire neuf membres et de former ainsi le nouveau conseil d'administration.

    Cinq représentants déjà en poste ont été réélus:
    Pierre Senécal, conseiller en recherche scientifique à Hydro-Québec, président de l'AIÉI (Association internationale pour l'évaluation d'impacts);
    Robert Joly, agent de recherche de la Direction de l'évaluation environnementale des projets en milieu terrestre du Ministère de l'Environnement et de la Faune;
    Albin Tremblay, directeur à la Direction de la protection de l'environnement à Environnement Canada;
    Isabelle Laporte, coordonnatrice de projets au Centre de consultation et de concertation;
    Gilles Côté, avocat et étudiant à la maîtrise en géographie à l'Université du Québec à Montréal.

    Quatre nouveaux représentants ont été élus:
    Michel Barcelo, professeur titulaire à l'Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal;
    Yolaine Le Beau, directrice de projets chez Tecsult Environnement inc.
    Antoine Moreau, vice-président d'Entre les Lignes inc.;
    Thomas Welt, ingénieur et trésorier du groupe environnemental STOP.

    Nous saluons et remercions chaleureusement Claude Hamel de l'Université du Québec à Montréal, André Fortin de l'Université du Québec à Chicoutimi, Jean-Pierre Pelletier de Dessau Environnement inc. et Luc Ouimet du Centre de consultation et de concertation inc. pour leur travail accompli en 1995-1996 au sein du conseil. Par ailleurs, Luc Ouimet continue de tenir la barre du comité sur la participation du public.

    Voici les officiers élus par le conseil d'administration:

    Président de l'AQÉI
    Pierre Senécal
    Vice-président
    Robert Joly
    Secrétaire-trésorière
    Isabelle Laporte




    LE 5e CONGRÈS ANNUEL DE 1996 ET LES SUITES À DONNER


    Le thème de L'évaluation environnementale et sociale des politiques et des programmes: l'avenir de l'évaluation d'impacts ? a attiré plus de cent personnes au cinquième Congrès annuel de l'AQÉI, tenu les 15 et 16 novembre dernier.


    La formule déjà expérimentée l'an dernier, s'est révélée encore plus fructueuse cette année. En effet, la planification de plénières au début et à la fin de la rencontre ainsi que d'ateliers thématiques parallèles pendant le reste du congrès, ont permis aux congressistes de multiplier et d'enrichir les échanges dans les ateliers de leur choix.


    Une trentaine de personnes-ressources appartenant à trois types d'organismes - gouvernements, entreprises privées et groupes d'intérêt - ont accepté de présenter des communications dans le cadre des plénières et des ateliers, qui portaient sur six secteurs où des politiques et des programmes sont déjà élaborés ou en voie d'élaboration: il s'agit de l'agriculture, de la forêt, de l'aménagement urbain, de l'énergie, du transport et des matières résiduelles. Le congrès aura permis aux participants de faire le point sur la pratique actuelle en matière d'évaluation sociale et environnementale des politiques et programmes au Québec, au Canada comme en Europe.
    Le comité présidé par Louise Roy, prévoit préparer dans les prochains mois, à partir du bilan du congrès, un document de réflexion sur le sujet qui permettra de jeter les bases d'un processus concret d'évaluation des politiques et programmes, qui tiendra compte des intrants sociaux et environnementaux.




    17 OCTOBRE 1996 À MONTRÉAL: ATELIER D'INFORMATION ET D'ÉCHANGES SUR LA GESTION DES BARRAGES

    Tenu à Montréal le 17 octobre 1996, l'atelier sur la gestion des barrages a attiré plus de 35 personnes. Le programme a permis à la fois de prendre un certain recul et de mieux comprendre l'inondation survenue au cours de l'été 1996 notamment au Saguenay. Le thème a donc été traité sous trois angles, soit la sécurité des barrages à Hydro-Québec, les études hydrauliques portant sur les ruptures de barrages et sur la protection civile, ainsi que la gestion technique, organisationnelle et sociale des barrages. Jocelyn Gagnon d'Hydro-Québec, Claude Marche et Hélène Denis de l'École Polytechnique de Montréal ont accepté de présenter leurs réflexions sur le sujet. André Fortin, étudiant à la maîtrise en études régionales à l'Université du Québec à Chicoutimi, a présenté son point de vue en se référant directement aux problèmes vécus au Saguenay.


    23-24 JANVIER 1997 À OTTAWA: ATELIER SUR LA SANTÉ ENVIRONNEMENTALE

    L'Association québécoise pour l'évaluation d'impacts et l'Association ontarienne pour l'évaluation d'impacts, ont organisé conjointement un atelier, en collaboration avec Santé Canada. Cet atelier a porté sur les dimensions psychologiques, sociales et culturelles des impacts sur la santé.


    Cet événement a attiré près de 60 participants provenant des différentes régions du Québec et de l'Ontario et même d'aussi loin que la Saskatchewan. Les thèmes et les études de cas présentés par les conférenciers se sont avérés hautement pertinents et ont démontré que les impacts psycho-sociaux avaient fait l'objet de beaucoup plus de travaux ou de réflexions que nous ne l'avions originellement anticipé. La haute qualité des présentations a sans aucun doute contribué au succès de l'atelier.


    Grâce au support de Santé Canada, les textes déposés par les conférenciers (plus d'une vingtaine) seront publiés. Le document sera acheminé à tous les participants de l'atelier. Par ailleurs, un nombre limité d'exemplaires sera disponible à un coût raisonnable. Les personnes intéressées peuvent dès maintenant nous faire connaître leur intérêt pour ce document.


    30 JANVIER À MONTRÉAL: JOURNÉE D'INFORMATION ET D'ÉCHANGES SUR L'HARMONISATION DES PROCESSUS D'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE AU CANADA

    L'AQÉI a organisé à brève échéance une rencontre qui a permis aux membres de connaître les principaux enjeux soulevés par l'harmonisation des processus d'évaluation environnementale au Canada et d'émettre leur avis sur le document de consultation du Conseil canadien des Ministres de l'environnement (CCME). Comme l'échéancier du processus de consultation des gouvernements sur l'harmonisation est fort serré, l'AQÉI a jugé préférable d'intervenir dès les premières étapes de ce processus. Elle a donc initié une rencontre avec ses membres afin que ces derniers soient rapidement informés de cet important tournant et qu'ils soient en mesure d'émettre des avis ou commentaires sur le document.


    Gilles Côté, secondé par Isabelle Laporte, Gaétan Leduc et Thomas Welt, ont organisé la journée d'information et d'échanges le 30 janvier dernier à Montréal. Au début de la rencontre, Liseanne Forand du CCME a présenté le document de consultation. Par la suite, Robert Joly du MEF, Robert G. Connelly de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, Franklin Gertler avocat, Gaétan Leduc de l'UQAM et Jean-Pierre Lamoureux de Dimension Environnement inc. ont présenté leurs points de vue sur les enjeux de l'harmonisation.
    La deuxième partie de la journée a surtout servi à recueillir des commentaires des membres afin de les acheminer aux différents gouvernements impliqués dans le dossier, ce qui fut fait d'ailleurs dans les délais impartis. Une cinquantaine de personnes dont plus de 25 membres de l'AQÉI ont participé à la rencontre. Le document de 8 pages préparé par l'AQÉI est maintenant disponible sur demande.


    Les sous-Ministres de l'environnement se sont réunis les 19 et 20 février afin de finaliser une version provisoire de l'Entente auxiliaire sur l'évaluation environnementale. Ce document de 5 pages est disponible sur le site WEB du CCME depuis le 24 février. Un groupe de travail de l'AQÉI s'est immédiatement réuni afin d'émettre des commentaires sur ce document. Ces commentaires ont été transmis le 27 février dans le cadre d'une consultation organisée par le MEF. Les nouvelles versions du document feront l'objet d'autres consultations (organisées par le MEF et/ou l'AQÉI) d'ici l'adoption de la version finale, prévue au mois de mai prochain.


    21 MARS À MONTRÉAL: SESSION D'UNE JOURNÉE SUR LA COMMUNICATION ET LA PARTICIPATION DU PUBLIC DANS LE CADRE D'AMÉRICANA 97


    L'AQÉI a été invitée par l'Association québécoise des techniques de l'environnement (AQTE) à organiser une session d'une journée sur la communication et la participation du public dans le cadre d'Américana 97, le salon des technologies environnementales des Amériques, qui se tiendra du 18 au 21 mars 1997 au Palais des Congrès à Montréal. Cette collaboration entre nos deux associations ne peut être que bénéfique pour développer à la fois la visibilité de l'AQÉI et des échanges avec de nouveaux partenaires, en l'occurrence les professionnels et les entreprises impliqués en gestion environnementale.


    La session préparée par l'AQÉI, qui s'étalera sur toute la journée du 21 mars, est organisée plus spécifiquement par son comité de participation du public, sous la responsabilité de Luc Ouimet. Quatre grands thèmes seront abordés: la participation du public comme outil de gestion, une gestion sociale stratégique, la participation du public à l'élaboration d'un projet et les mécanismes de formation des gestionnaires à la participation du public. Luc Ouimet, André Delisle, Normand Bissonnette et Carol Martin ont élaboré un programme avec la collaboration de Pierre Hamel et de Benoît Longpré.


    Plusieurs exemples concrets seront présentés par des conférenciers invités à se joindre à l'équipe. Soulignons entre autres, la participation de Clément Demers de CADEV inc., d'Alnoor Manji d'Horizon-Environnement, de Luc Crépeault du ministère des Transports du Québec, de Pierre De Coninck de l'Université de Sherbrooke, de Daniel Bourgeois d'Hydro-Québec, de Michel Bourgon de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale et de Thérèse Drapeau d'Environnement Canada.



    26 MAI À LA NOUVELLE-ORLÉANS: 2e COLLOQUE INTERNATIONAL DES SPÉCIALISTES FRANCOPHONES EN ÉVALUATION D'IMPACTS


    L'AQÉI organise pour la seconde année consécutive, en collaboration avec le bureau exécutif de l'Association internationale, un colloque des spécialistes francophones en évaluation d'impacts. Ce colloque se déroulera le 26 mai prochain à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, dans le cadre du congrès annuel de l'IAIA. Pierre Senécal, Isabelle Laporte et Gaétan Leduc coordonneront l'organisation de ce colloque en collaboration avec Françoise Mondor. (VOIR ENCADRÉ À LA FIN DE CE BULLETIN)



    MI-NOVEMBRE 1997 À MONTRÉAL (DATE ET LIEU À DÉTERMINER): 6e CONGRÈS ANNUEL DE L'AQÉI SUR LE THÈME DE L'ÉVALUATION D'IMPACTS ET LA BIODIVERSITÉ


    Le président de l'AQÉI a invité une dizaine de membres de différents milieux à une séance de remue-méninges visant à identifier une thématique en vue du 6e congrès annuel de l'Association qui aura lieu au mois de novembre prochain. Cette rencontre tenue le 5 février dernier a permis d'identifier un thème innovateur pouvant intéresser l'ensemble des membres de l'AQÉI et susceptible, en même temps, de renforcer ses liens avec les spécialistes du milieu biophysique. Le thème retenu est celui de la biodiversité dans le contexte des évaluations d'impacts. Ce thème nous a semblé particulièrement rassembleur et porteur d'avenir.
    Un comité organisateur a été formé depuis, et a déjà tenu une première réunion de travail à la fin de février. Marcel Couture (SNC-Lavalin Environnement) a accepté d'assumer la responsabilité de la coordination du congrès, entouré de Robert Joly (MEF), d'Albin Tremblay (Environnement Canada), de Jean-Pierre Revéret (UQAM) et de Scott McKay (Consultant).


    PROJETS D'ACTIVITÉS EN GESTATION:

    Le programme d'activités proposé lors de l'assemblée générale, pour l'année en cours, mentionnait la possibilité d'organiser une journée d'étude sur le rôle de l'évaluation d'impacts et de la participation du public comme outils d'aide à la décision dans des secteurs comme ceux de la santé, de l'éducation, du travail, de l'aménagement du territoire, etc. On avait également évoqué dans le même document la possibilité d'effectuer un post-mortem du projet Grande-Baleine. Sera-t-il possible d'organiser de tels événements au cours de l'année 1997, soit au printemps, soit à l'automne ? La question est présentement à l'étude.


    La réalisation d'activités dépend essentiellement de l'aide bénévole qu'on peut obtenir dans les délais nécessaires. Ceux qui seraient intéressés à organiser des événements sur les thèmes qui viennent d'être évoqués ou sur d'autres sujets sont priés d'informer la coordonnatrice des activités, Françoise Mondor, de leur disponibilité. La prochaine activité pourrait être éventuellement organisée à Québec.




    LES COMITÉS


    Le comité sur la participation du public
    , sous la responsabilité de Luc Ouimet, regroupe maintenant dix membres parmi lesquels on retrouve Noël Bélanger, consultant, Normand Bissonnette du Groupe DBSF, Liliane Cotnoir du GRÉSOC Université de Montréal, André Delisle de Transfert Environnement, Vincent Dumas, Mario Gauthier de l'UQAM, Pierre Hamel de l'Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal, Carol Martin d'Ecologistics International ainsi qu'Hubert Simard d'Internautica.


    Les membres de ce comité se sont réunis trois fois déjà, depuis le mois de novembre dernier. À l'ordre du jour des travaux, on peut notamment citer les suites à donner au mémoire de l'AQÉI sur la gestion des matières résiduelles et au rapport du BAPE sur cette question qui sera rendu public prochainement; la participation de plusieurs membres du comité à une session d'une journée sur la communication et la participation du public dans le cadre d'Américana 97; ainsi que le dossier sur la privatisation de l'eau.

    Le comité sur l'évaluation sociale et environnementale des politiques et des programmes (voir ci-haut article sur le 5e congrès annuel de 1996).

    Le comité de méthodologie, sous la responsabilité de Pierre Senécal, a organisé un atelier d'une journée au mois de mai dernier qui portait sur les sciences humaines et l'évaluation d'impacts au Québec. Cet atelier a fait l'objet d'un compte rendu qu'il reste à peaufiner et à distribuer. Ce compte rendu sera éventuellement fusionné avec la version préliminaire d'un rapport sur ce même thème qui consignait les échanges survenus entre les membres du comité.
    Les membres intéressés par d'autres questions méthodologiques sont invités à proposer de nouveaux thèmes et à se regrouper.



    LES RENDEZ-VOUS MENSUELS

    La formule des rendez-vous mensuels fonctionne bien à Montréal. Tenues à chaque dernier vendredi du mois, les rencontres à l'heure du lunch attirent en moyenne de 15 à 20 personnes et l'assistance se diversifie selon le thème du jour. Les lunchs thématiques attirent généralement plus de membres.


    Depuis le mois de septembre, nous avons accueilli Aoua Bocar Ly (consultante) qui a abordé le thème Femmes, barrages et développement durable au Sahel , Louise Kingsley (Parcs Canada), qui a décrit son approche pragmatique pour l'évaluation des effets cumulatifs, Luis Sanchez (Université de Sao Paulo et de Montréal), qui nous a parlé de la sous-traitance obligatoire dans le domaine des évaluations environnementales au Brésil et Gilles Barchman de l'Union Wallonne des Entreprises, qui nous a dressé un portrait de la préparation des entreprises à la certification environnementale en Belgique.


    Inutile de vous rappeler que nous vous invitons tous, vous et vos collègues, à présenter un exposé de votre choix ou à vous joindre à ces rencontres. Ces rendez-vous ne sont pas réservés aux seuls membres de l'AQÉI. Les invitations sont acheminées par télécopieur, par courrier électronique, ou par téléphone à tous les membres de la région de Montréal. On demande en retour aux participants de confirmer leur présence par téléphone ou par courrier électronique au moins une journée avant la rencontre.


    Le restaurant Le Caveau a été retenu jusqu'à maintenant pour tenir ces lunchs. Si vous avez d'autres restaurants à nous suggérer, n'hésitez pas à nous en faire part. Les critères de sélection que nous avons retenus sont simples: centralité et accessibilité par métro, salle fermée pour permettre les échanges, rapidité et courtoisie du service, ainsi qu'au moins un choix de repas complet à prix abordable.


    Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, André Fortin a eu la bonne idée d'organiser les premiers lunchs mensuels en collaboration avec le conseil régional de l'environnement afin de faire connaître l'AQÉI dans la région. Là aussi, les rencontres sont prévues le dernier vendredi de chaque mois. Des invitations ont été lancées notamment auprès des organismes gouvernementaux, des conseils de développement régional, des groupes environnementaux, des institutions universitaires et des firmes de consultants.


    Le premier rendez-vous à Chicoutimi s'est effectivement déroulé le 28 février dernier. Jules Dufour, membre de la Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages, a été invité à présenter un exposé sur Les pluies diluviennes de l'Est du Québec et les inondations du Saguenay: les leçons de la Commission Nicolet . Aux dernières nouvelles, ce dîner-conférence aura attiré plus de 45 personnes.


    Le second rendez-vous aura lieu le vendredi 28 mars à Alma. On y discutera de la classification des rivières et de la politique énergétique du Québec. Pour connaître l'endroit exact des rencontres, vous n'avez qu'à rejoindre André Fortin par courrier électronique: andre_fortin@sympatico.ca ou par téléphone: 418-690-2247.



    SECRÉTARIAT FRANCOPHONE DE L'IAIA À MONTRÉAL: UN PROJET

    Le projet de secrétariat francophone de l'International Association for Impact Assessment vous avait déjà été annoncé dans le dernier bulletin de liaison. Comme tout projet d'envergure qui nécessite des ententes avec des partenaires tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du Québec, celui du secrétariat implique de longues démarches auprès de divers intervenants. L'autorisation finale du projet a cependant été votée à l'unanimité par le conseil d'administration de l'IAIA en novembre dernier. L'ouverture des bureaux du secrétariat à Montréal est par ailleurs prévue d'ici le début de l'été. Différents organismes gouvernementaux (Ministères québécois et français de l'Environnement, Ministère des Relations internationales, etc.) nous aident présentement à mettre sur pied cet organisme.




    POLITIQUE DE PARTENARIAT ENTRE L'AQÉI ET DES ORGANISATIONS OU INDIVIDUS POUR DES PROJETS D'ACTIVITÉ OU DE RECHERCHE

    Comme le mentionnait le dernier bulletin de liaison, plusieurs membres de l'AQÉI nous ont offert jusqu'à maintenant d'établir avec eux une collaboration visant à réaliser conjointement des activités lucratives ou à mener des recherches subventionnées. Les membres du conseil d'administration ont accepté le principe de l'établissement d'un tel partenariat avec des organisations ou des individus. Cette piste ouvre des avenues intéressantes pour l'AQÉI tant sur le plan de sa visibilité qu'au niveau de sa viabilité financière.


    Compte tenu du caractère innovateur de cette approche au sein de l'AQÉI, la démarche et les conditions à suivre sont simples. Nous proposons les jalons suivants afin d'assurer le respect tant des membres que de la philosophie de l'AQÉI, ainsi qu'une équité pour tous.

    Un comité de recommandations.

    Ce comité est formé de trois membres de l'AQÉI ayant les qualités requises pour analyser les demandes (expertise, expérience, neutralité et disponibilité). Messieurs Claude Hamel de l'UQAM, Yvan Biron de Lavery De Billy et Marcel Couture de SNC-Lavalin Environnement inc. ont accepté d'assumer ce rôle cette année.

    Mandat du comité:

    1) recevoir les demandes écrites et rencontrer au besoin le demandeur;
    2) analyser la demande;
    3) transmettre ses recommandations au conseil d'administration;
    4) assurer le suivi des dossiers et rendre compte des résultats au conseil d'administration.
    Seul le conseil d'administration détient un pouvoir de décision sur les recommandations formulées par le comité.

    Conditions de recevabilité des demandes:

    1) Le projet doit être clairement explicité: objectifs, moyens, étapes de réalisation, budget, etc.
    2) Le projet doit clairement identifier les avantages que comporte pour le demandeur, son association avec l'AQÉI ainsi que les retombées financières (ou autres) qu'il engendrera pour l'AQÉI;
    3) Le projet doit respecter la philosophie de l'AQÉI et favoriser la poursuite d'au moins un des objectifs de l'AQÉI.
    Les demandes seront acheminées par l'intermédiaire de Françoise Mondor au comité de recommandations, dans des délais raisonnables, permettant ainsi à ce dernier d'analyser la demande et de transmettre au C.A. ses recommandations. On peut avancer le délai approximatif d'un mois avant que la décision ne soit prise au conseil d'administration (dont les réunions sont mensuelles).
    Il est entendu que tous les projets qui auront été retenus et réalisés dans le cadre de ce partenariat seront rendus publics dans le bulletin de liaison et via le site WEB de l'AQÉI.




    SITE WEB

    On pourra bientôt accéder au site WEB de l'AQÉI. Plusieurs objectifs sont poursuivis en ce qui concerne notre utilisation d'Internet: informations régulièrement mises à jour sur les activités de l'AQÉI, sur les documents disponibles, sur les derniers développements en matière d'évaluation d'impacts et de participation du public, etc.; communication plus rapide entre les membres ou entre les membres et le secrétariat de l'AQÉI; élargissement du réseau d'échanges tant au plan local, national qu'international; établissement de liens avec d'autres organisations; diminution des coûts relatifs aux frais interurbains, à la photocopie, ou aux demandes d'informations.


    Ce virage se veut progressif car, comme vous avez pu le constater dernièrement, les invitations à la journée d'information et d'échanges sur l'harmonisation des processus d'évaluation environnementale au Canada, ont été transmises à la fois par le biais du courrier électronique et des télécopieurs. On ne peut encore parler de virage total car seulement 39 % des membres sont présentement accessibles par le biais d'une adresse électronique. Il reste à identifier les membres qui sont effectivement branchés sur le réseau internet sans qu'ils nous aient pour autant signalé leur adresse. C'est pourquoi UN APPEL EST LANCÉ À CES DERNIERS POUR QU'ILS NOUS COMMUNIQUENT LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE LEUR ADRESSE ÉLECTRONIQUE.

    LES MEMBRES EN RÈGLE POUR L'ANNÉE 1996-1997 APPARAÎTRONT AUTOMATIQUEMENT DANS LE SITE WEB AVEC LEURS COORDONNÉES. CEUX ET CELLES QUI NE SOUHAITENT PAS TRE AFFICHÉS DOIVENT LE SIGNIFIER CLAIREMENT SUR LE FORMULAIRE D'ADHÉSION OU DE RENOUVELLEMENT OU ENCORE NOUS ENVOYER UN MESSAGE EN CE SENS PAR TÉLÉCOPIEUR OU PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE.


    UN LIEN HYPERTEXTE AVEC VOTRE ORGANISME OU ENTREPRISE: POURQUOI PAS ?


    Plusieurs d'entre vous, seraient peut-être intéressés à établir un lien hypertexte avec votre organisme ou entreprise par le biais du site WEB de l'AQÉI. Un programme de commandites sera bientôt mis au point afin de nous permettre, d'une part, de financer cet outil, et d'offrir d'autre part, à votre entreprise ou votre organisme la possibilité d'accroître sa visibilité tant sur le plan local, national qu'international.

     



    RAPPEL DE RENOUVELLEMENT ET HAUSSE DE LA COTISATION


    L'AQÉI vient d'entamer sa sixième année d'existence. Contrairement à d'autres associations, l'AQÉI ne bénéficie d'aucune subvention et n'en sollicite d'ailleurs aucune, se mettant ainsi à l'abri de coupures probables dans les budgets gouvernementaux tout en maintenant son autonomie. Malgré les difficultés éprouvées, l'association est parvenue jusqu'à maintenant à maintenir et même à accroître le nombre d'activités qu'elle organise annuellement, contribuant en même temps à lancer plusieurs débats sur l'évaluation d'impacts et la participation publique.
    Ce contexte nous amène à vous rappeler l'importance de votre cotisation pour assurer le bon fonctionnement de l'association et un service toujours plus adéquat. Jusqu'à maintenant, seulement 53 % des membres se sont inscrits pour l'année 1997 sur un potentiel minimum de 216 membres. L'AQÉI ne pourra survivre à long terme sans votre appui. Nous tenons à remercier ici les membres qui ont déjà régularisé leur situation sur ce plan.


    Par ailleurs, après 5 ans d'existence, nous nous trouvons dans l'obligation d'augmenter la cotisation annuelle de 50 $ à 75 $. L'impact de l'instauration de ce nouveau tarif ne sera vraiment perceptible toutefois, que dans le cadre du prochain exercice financier. Comme il est indiqué dans la lettre expédiée à toutes les personnes n'ayant pas encore renouvelé leur adhésion pour l'année 1996-1997 (jointe à ce bulletin), ces dernières disposeront d'un délai additionnel s'étalant jusqu'au 31 mars pour bénéficier de l'ancien tarif à 50 $. En régularisant leur renouvellement, elles demeureront membres jusqu'au lendemain du prochain congrès annuel qui aura lieu au mois de novembre. Pour la gente étudiante, les représentants d'ONGs et les retraités, il a été convenu de maintenir la cotisation à 50 $.

    MEMBRE CORPORATIF:

    Jusqu'à maintenant, l'adhésion à l'AQÉI ne s'est effectuée que sur une base individuelle. D'ici l'été prochain, plusieurs entreprises et organismes publics qui disposent d'un bassin important de membres potentiels pourront bénéficier du statut de membre corporatif. Une lettre leur sera bientôt expédiée afin de leur présenter les divers bénéfices qu'ils peuvent en tirer. Cette option comportera plusieurs avantages tant pour l'organisation que pour leurs employés: visibilité, participation, interaction, gestion allégée, croissance du réseau...




    DOCUMENTS DISPONIBLES


    AQÉI, 1996. Compte rendu du quatrième congrès annuel de l'Association québécoise pour l'évaluation d'impacts sur La participation du public à l'heure des bilans, Montréal, 24-25 novembre 1995 , Collection Environnement de l'Université de Montréal, No.5 (hors-série), 214 pages. 19.50 $ (taxes non applicables, frais d'envoi inclus).

    Synthèse des commentaires formulés sur l'harmonisation des processus d'évaluation
    environnementale au Canada, mémoire soumis au MEF, CCME et à l'ACÉE, février 1997, 8 pages.

    À paraître. Les Actes du premier colloque international des spécialistes francophones en évaluations d'impacts. Colloque organisé conjointement avec l'AFIE et l'AQÉI avec l'appui du ministère français de l'Environnement. Dans le cadre du 16e congrès annuel de l'AIÉI à Estoril, 1996.

    Beauchamp, André, 1996. Gérer le risque, vaincre la peur . Bellarmin, 192 pages. 29.95 $ chez votre libraire.





    CRÉATION D'UNE CHAIRE EN PAYSAGE ET ENVIRONNEMENT
    À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL


    Le bulletin de l'AQÉI est utile pour diffuser des nouvelles sur les activités, sur les publications, sur les dossiers de l'heure, mais il doit aussi être utile pour des nouvelles ou des articles provenant de ses membres. L'invitation est donc lancée à nouveau à toutes et à tous.
    À la demande de Philippe Poullaouec-Gonidec, membre de l'AQÉI, nous publions ici un communiqué sur la création d'une chaire en paysage et environnement à l'Université de Montréal.

    Inaugurée le 12 novembre dernier, la Chaire en paysage et environnement de l'Université de Montréal a été fondée par Michel Gariépy, doyen de la Faculté de l'aménagement, et Philippe Poullaouec-Gonidec, professeur et directeur sortant de l'École d'architecture de paysage, aujourd'hui titulaire de la Chaire. La Chaire en paysage et environnement est la première structure de recherche universitaire en Amérique du Nord spécialisée dans le domaine du paysage. Sa création est issue d'un partenariat unique entre l'Université de Montréal, Hydro-Québec, le ministère des Transports du Québec et la Société d'affichage Omni. Ces partenaires contribueront à son financement en y investissant un montant minimal de deux millions de dollars sur une période de cinq ans renouvelable. Sa mission est de colliger et de développer un savoir et des moyens d'interventions, de concert avec des acteurs des secteurs public, parapublic et privé directement concernés par l'aménagement du territoire.


    Affiliée à la Faculté de l'aménagement et à l'École d'architecture de paysage, la Chaire en paysage et environnement est née de multiples nécessités reliées à la conjoncture environnementale et écologique actuelle, aux mutations excessives des territoires dans les pays occidentaux, à la forte préoccupation pour le patrimoine et l'identité locale, et à la qualité de l'environnement du cadre de vie. Elle répond à des demandes sociales, cultu-relles, économiques et politiques urgentes. Elle est un lieu privilégié de convergence des disciplines de l'aménagement. Au plan de la recherche, elle reçoit du financement de ses partenaires pour réaliser deux types de travaux. Un premier type de recherches dites exploratoires stimulera le développement de savoirs théoriques et conceptuels sur le paysage. Un second type de recherches, dites spécifiques, stimulera le développement des savoir-faire pour aider les partenaires de la Chaire à intervenir dans des contextes particuliers, sur des problématiques de leur choix se rapportant à sa mission.


    En plus de répondre à ses missions de recherche, la Chaire en paysage et environnement assure la formation de chercheurs et de professionnels hautement qualifiés. Elle fait appel à des professeurs-chercheurs de l'École d'architecture de paysage et de la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal et à des expertises nationales et internationales de son réseau de collaborations scientifiques. La Chaire en paysage et environnement assurera la diffusion des connaissances et des savoir-faire sur les scènes nationales et internationales. Elle entend développer sa visibilité par la reconnaissance de ses réalisations et de ses initiatives. Elle participera ainsi activement au rayonnement de ses travaux à l'aide de publications scientifiques, par l'organisation et la participation à des colloques, des conférence et des expositions, ainsi que par la création d'un observatoire des paysages et d'un centre public de références.



    SECOND COLLOQUE INTERNATIONAL DES SPÉCIALISTES
    FRANCOPHONES EN ÉVALUATION D'IMPACTS
    Dans le cadre du 17e congrès annuel de l'IAIA
    (Association internationale pour l'évaluation d'impacts)

    APPEL DE PROPOSITIONS

    L'Association québécoise pour l'évaluation d'impacts, en collaboration avec le Bureau exécutif de l'Association internationale pour l'évaluation d'impacts (IAIA), organise le second colloque international des spécialistes francophones en évaluation d'impacts. Ce colloque se déroulera le 26 mai prochain à l'hôtel Fairmont de la Nouvelle-Orléans (dans l'État de la Louisiane, aux États-Unis), où le congrès 1997 de l'Association internationale se déroulera. Au cours de ce colloque, les participants présenteront des communications et échangeront leurs points de vue en français sur les évaluations d'impacts réalisées dans leurs propres pays ou dans d'autres contextes.

    Quatre objectifs seront poursuivis lors de ce colloque: 1) dresser un portrait de normes, directives et méthodes d'évaluation qui se sont avérées particulièrement efficaces; 2) mettre en relief des innovations méthodologiques ou technologiques en évaluation d'impacts; 3) discuter d'études de cas représentatives ou inédites (si possible reliées au thème de l'eau, auquel est consacré le congrès IAIA 97); 4) faciliter le transfert de connaissances entre spécialistes francophones ou entre ces derniers et les spécialistes non-francophones.

    Les communications soumises seront structurées en sessions d'atelier. Les participants sont également invités à soumettre des propositions pour des tables rondes. Vous devrez nous expédier votre proposition pour une communication ou une table ronde d'ici le 31 mars prochain. Cette proposition devra être structurée en fonction du modèle suivant, tout en comportant l'ensemble de ces informations:
    titre de la communication ou de la table ronde;
    le nom et le prénom du ou des auteurs;
    l'affiliation de chaque auteur;
    l'adresse complète de l'auteur principal;
    un résumé de 200 mots maximum;

    N.B. Une réponse sera apportée dans les meilleurs délais aux personnes qui auront soumis leur proposition.

    Par ailleurs, nous souhaitons vous informer que deux options de formalités d'inscription vous sont offertes:
    a) s'inscrire aux deux manifestations - congrès IAIA et séminaire francophone -
    soit 400 $US ou 200 $US (tarif étudiant) pour les membres de l'IAIA inscrits avant le 31 mars;
    soit 460 $US ou 260 $US (tarif étudiant) pour les non-membres de l'IAIA inscrits avant le 31 mars;
    + 75 $US pour les frais d'inscription au colloque francophone;

    b) s'inscrire au séminaire francophone seulement: soit 75 $US + 50 $US de frais supplémentaires afin que l'IAIA récupère ses coûts de planification des deux événements.

    Les projets de communication ou de tables rondes devront être expédiées (dans la mesure du possible par messagerie électronique Internet), d'ici le 31 mars à:

    Françoise Mondor, Coordonnatrice
    AQÉI (Association québécoise pour l'évaluation d'impacts)
    Case postale 785, succursale Place d'Armes
    Montréal, Québec, Canada H2Y 3J2
    Tél: 514-990-2193 Télécopieur: 514-276-0438 Courrier électronique: aqei@infobahnos.com

    NOTE: Le programme préliminaire du congrès IAIA 97 (20 pages) est disponible sur demande auprès de la coordonnatrice.